L’atelier du vent

Espace d’expérimentation pluridisciplinaire

L’atelier du vent aime dépasser les frontières du théâtre en convoquant différentes disciplines telles que les arts plastiques, la danse, le cinéma et plus largement, les sciences…

La structure est basée en Bourgogne et a été créée en 2010.

Un Nuage sur la terre, écrit pour les 3-6 ans par Adèle Ogier, est le premier spectacle de L’atelier du vent.
Lauréat de la Fondation Beaumarchais-SACD, il est créé au TNG-CDN de Lyon, en 2010. En 8 ans de tournée, il joue presque 400 fois.

En 2019, Adèle Ogier crée la première exposition de L’atelier du vent, Haïkus ! le temps de vivre ;
elle est présentée pendant 3 mois à l’Espace d’exposition Claudel Stendhal de Brangues (38).

En 2020, L’atelier du vent crée “Le Cocon”, une structure légère et nomade, prévue pour tourner à la manière de cirques, dans des théâtres et autres lieux non dédiés. Le Cocon accueillera des formes hybrides alliant spectacle, exposition, performance ou installation.

La création du premier opus, La Ménagerie Graphique, a lieu en mars 2021, au Théâtre Charles Dullin de Chambéry en coproduction avec L’Espace Malraux- Scène Nationale de Savoie.  A l’intérieur du Cocon et de cette scénographie d’exposition picturale singulière, est présenté notamment Anima, un spectacle –  expérience immersive conçu pour un public à partir de 6 ans.

Dans le prolongement de La Ménagerie Graphique, auront lieu la création de :
_Achillea, dont le sujet portera sur la vie des plantes
_Cosmia, sur le micro et macrocosme.

Travaux et expérimentations :

Artistes associés :

Adèle Ogier – Auteur, scénographe et peintre

Littéraire fascinée par les mathématiques, la scénographie l’attire par son caractère interdisciplinaire. Elle se forme à l’Ecole Boulle, puis à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.
Elle aime créer des scénographies qui soient de véritables supports ludiques et sensoriels, pour les acteurs comme pour les spectateurs. En cela, elle favorise la légèreté, la malléabilité, la mobilité, voire la faculté de métamorphoses des matériaux qu’elle emploie de façon brute ou façonnée. Elle aime « écrire ses scénographies », dans le sens où celles-ci se déploient, évoluent dans le temps, d’un début à une fin, comme une composition musicale.
Elle travaille en tant qu’assistante scénographe pour Guy Claude François puis dessine ses premiers décors de cinéma et ses premières scénographies pour des spectacles liés à la danse et au théâtre, aux arts de la rue et du cirque… en tant que scénographe/ chef décoratrice au cinéma, accessoiriste, directrice artistique ou encore machiniste.
Elle dirige L’atelier du vent, dans lequel elle a écrit et mis en scène Un nuage sur la terre, spectacle sensoriel pour les 3-6 ans. Elle est commissaire et scénographe de l’exposition Haïkus! le temps de vivre. Elle conçoit le Cocon, et les prochains opus de l’atelier du vent qu’il accueillera.

 

Jérémy Montheau – auteur et metteur en scène

Il écrit des poèmes et des nouvelles. Son recueil de haïkus Le cri des grues a été édité en 2015 (AFH, Collection Solstice).
Il est directeur d’acteurs sur Un nuage sur la terre, et l’un des deux auteurs contemporains exposés dans Haïkus! le temps de vivre.
Il partage l’écriture et la mise en scène d’Anima, expérience immersive de la Ménagerie Graphique.  
 

 

Irène Petit assistante scénographe, peintre et interprète “La Ménagerie Graphique”

Irène Petit se passionne très tôt pour la peinture, l’accordéon, le chant, et s’intéresse aussi aux formes artistiques pluridisciplinaires, comme le théâtre d’objet ou l’art de la marionnette. Diplomée en sculpture et décor architectural à l’école Olivier de serres, ENS des Arts Appliqués de Paris, ses compétences manuelles l’amènent à travailler en tant que marionnettiste, accessoiriste, et décoratrice pour le cinéma d’animation, et le théâtre. Elle se forme aussi au jeu au conservatoire d’Orléans dans la classe de Jean Claude Cotillard et avec la compagnie Tuchenn à Rennes. Elle suit les cours de chant de Roula Safar, et, est comédienne, puis chanteuse pour plusieurs compagnies et groupes de musique du monde, Duo des branches, les Gralettes, la Norberg family, les Pythons de la fournaise (musique réunionnaise séga/maloya), Divine (musique sud américaine et haïtienne).
En 2019, elle découvre l’art du gyotaku, et rencontre L’atelier du vent en exposant au sein de leur exposition Haïkus! le temps de vivre.

 

 

 

 

Lucas Spirli – interprète “Anima” dans La Ménagerie Graphique

Lucas Spirli expérimente dès son plus jeune âge la musique dans toute sa diversité culturelle (musiques populaire du monde, dansante, de rue, rock expérimental, musique improvisée…). Il fait parti des membres fondateurs de Mazalda et joue un peu partout dans le monde avec Sofiane Saidi. Il a joué dans de nombreux groupes et avec de nombreux musiciens (Direction Survet, La Squadra Zeus, Magnétique ensemble, l’ARFI, Alfred Spirli, Etienne Roche…), pour des spectacles (avec les danseurs Karim Sebbar, Bernard Meunot – avec les circassiens Vallentin Lechat, Manège Titanos, Sébastien Barrier, Emmanuel Anglaret…) et pour les compagnies L’atelier du vent, La Cordonnerie, Les veilleurs…

Jeanne Bleuse – claveciniste “La Ménagerie Graphique”

Issue d’une famille de musiciens, Jeanne Bleuse se forme dès son plus jeune âge auprès de Jean-François Heisser, Denis Pascal, Dmitri Bashkirov ou Emil Naoumoff. Elle entre au CNSM de Paris ou elle découvre le répertoire classique sur instrument d’époque avec le pianiste Patrick Cohen et la création contemporaine avec le pianiste Pierre-Laurent Aimard.

Elle partage régulièrement la scène avec le Quatuor Béla, fervent défenseur de la musique d’aujourd’hui et le violoniste Gilles Colliard sur les répertoires classiques du 18ème.
Actuellement Jeanne Bleuse créé avec la violoncelliste Noémi Boutin et le comédien/plasticien Pierre Meunier une performance à partir de l’œuvre de Bachelard, et amorce une exploration au clavecin au sein du Cocon pour La Ménagerie Graphique.

 

Emanuelle Petit éclairagiste “La Ménagerie Graphique”

Après avoir longuement navigué dans le théâtre jeune public aux côtés de la compagnie L’Artifice, Emanuelle travaille pour Philippe Quesne et son théâtre plastique (La Mélancolie des dragons) et pour la chorégraphe contemporaine Meg Stuart. Puis elle se tourne vers le clown et le théâtre de rue avec Antigone’s not dead d’Adèll Nodé Langlois, C.R.A.S.H. de Cille Lansade, et Ma créature de Delphine Lanson et Chiharu Mamiya, trois créations sur lesquelles elle collabore avec Adèle Ogier en éclairant ses scénographies.

Adeline Mommessin costumière “Anima”

 

Camille Sauvage – Graphiste et plasticienne Le Cocon & La Ménagerie Graphique

 

 

 

Nadège Billiémaz – Interprète “Un nuage sur la terre”

Elle est l’interprète principale du nuage dans Un nuage sur la terre.
Elle est directrice artistique de la compagnie DuO des branches.

 

Karl Naëgelen – Compositeur “Un nuage sur la terre”

Il compose la bande son d’Un nuage sur la terre, et travaille avec Adèle sur deux autres spectacles dont il compose la musique (Alice in wonder/ danse et Ondée/ pour les Percussions de Strasbourg)
Passionné par l’improvisation et les musiques extra-européennes, il effectue plusieurs séjours à Surakarta en Indonésie et cherche à préserver, dans son écriture, la souplesse et la spontanéité caractéristiques des musiques de tradition orale à travers une recherche constante de qualités sonores et de timbres.
Ses œuvres sont jouées en France (festivals Musica, Musique-action…) aussi bien qu’à l’étranger (Allemagne, États-Unis, Japon…).
Cdmc – Entretien filmé: Composer avec les autres

 

Nicolas Villenave – Eclairagiste “Un nuage sur la terre”

Il obtient son diplôme de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (École de la rue Blanche) en 1997. Il crée pour l’opéra (Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, Opéra-Studio de Genève), le cirque actuel (Cie Kaléïdo, Cie Les Frères Kazamaroffs), la danse contemporaine (Cie Nadège Mac Leay) et le théâtre (Cie 1200 Tours/min., Cie La Belle Idée, Cie Des Uns des Autres).
En 2005 il rencontre l’ensemble de musique contemporaine Sphota. Il s’ouvre à un nouveau rapport à l’expérience scénique, et se consacre à l’invention de ses propres outils éclairants. Une complicité artistique se crée avec Adèle avec qui il collabore sur 4 productions dont Un nuage sur la terre.
En 2011, ses rencontres et collaborations, notamment avec Raphaël Navarro de la Cie 14:20, et avec Antoine Schmitt, plasticien programmeur, l’ouvre au mouvement de la magie nouvelle et au monde de la programmation.
Le désir de développer une écriture lumineuse détachée du geste de la représentation scénique l’entraîne à la lisière des arts plastiques et du spectacle vivant.

 

Manon Gignoux costumière Un nuage sur la terre
À l’origine de son travail, lors de sa dernière année d’études à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré, elle développe une recherche photographique sur les tenues des travailleurs du début du 20e siècle l’a menée à explorer les “traces de l’usage et du temps” sur le vêtement. Ses créations illustrent la rencontre entre vêtement, corps et décor. Elle réalise des installations où elle associe ses créations à des objets et des matériaux trouvés, réinvestis et/ou photographiés. Elle crée des costumes pour le spectacle vivant. Elle travaille notamment avec James Thierrée et la Cie du Hanneton, Julie Brochen, la Cie Pocheros, cie Tangible… Elle dessine et confectionne les costumes d’“Un nuage sur la terre”. En 2015, elle reprend ses études à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris. Elle pousse ses recherches artistiques à travers la photographie, le dessin, la sculpture, l’écriture, la pratique de la performance, d’installations et du médium vidéo. Elle travaille notamment avec Emmanuelle Huynh, Jean-Michel Alberola, Patrick Tosani…

 

Frédérique Blanchin – Graphiste

Graphiste, elle accompagne les projets de la compagnie pendant 10 ans, de 2009 à 2019.

 

 

 


……

……

Quelques images ou citations qui nous inspirent: